Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Nouvelles et événements / Des jeunes promettent de s’engager activement en faveur de la justice environnementale

Des jeunes promettent de s’engager activement en faveur de la justice environnementale

Des jeunes promettent de s’engager activement en faveur de la justice environnementale

Raimy Esperanza Ramírez Jiménez, de l’Eglise presbytérienne du Venezuela, s’entretient avec d’autres participants au projet “Les jeunes en faveur de l’éco-justice”.

01 janvier 2001

par George Arende (*)

Après deux semaines d’initiation à la théologie et à la politique de la justice écologique à Durban, Afrique du Sud, des jeunes chrétiens du monde entier se sont engagés à lancer, dans leurs contextes respectifs, des initiatives propres à promouvoir les nouvelles perspectives qu’ils ont acquises.

“Les jeunes pour l’éco-justice”, projet commun de la Fédération luthérienne mondiale (FLM) et du Conseil œcuménique des Eglises (COE), a réuni une trentaine de jeunes, du 28 novembre au 10 décembre, pour une réflexion biblique et un dialogue sur l’environnement.

Dans le cadre de ce projet, les jeunes ont reçu une formation sur la défense des causes, l’élaboration de stratégies de campagne, la communication, ainsi que la planification et la mise en œuvre de projets d’éco-justice.

La session de formation, qui réunissait des participants anglicans, luthériens, méthodistes, orthodoxes, presbytériens et catholiques romains, s’est déroulée à Durban en même temps que les négociations de la 17e Conférence des parties (COP 17) à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Alors qu’ils se préparaient à quitter Durban, les jeunes ont donné un aperçu de quelques-uns de leurs projets pour l’avenir.

“J’ai l’intention de m’employer, durant les 40 jours du carême, à inviter instamment les luthériens de Suède à réduire au minimum leur utilisation de véhicules et de produits qui augmentent les émissions de carbone”, déclare Joakim Book Jonsson, 20 ans.

Il a choisi d’utiliser le temps du carême, au sens chrétien de période de sacrifice personnel et de prière, pour appeler tous les chrétiens à obéir à la volonté de Dieu et à placer le règne de Dieu en première place dans leur cœur en réduisant les émissions de carbone.

“Jeûner pour les émissions de carbone”, fait-il observer, serait une manière appropriée pour les chrétiens de passer la période du carême. Joakim compte impliquer les jeunes par le canal de médias sociaux, et publier des récits sur un blog.

Soutenir les minorités

Viktor Liszka, 30 ans, de l’Eglise évangélique luthérienne de Hongrie, indique qu’il continuera à travailler à la promotion des efforts artistiques des jeunes membres de communautés roms.

Les jeunes ayant des dons artistiques peignent des maisons et font connaître les richesses de la culture rom, dit-il, en expliquant l’intention des jeunes luthériens de promouvoir l’héritage de la communauté en vue d’attirer l’intérêt des touristes, et d’améliorer par là ses moyens d’existence. Les Roms de Hongrie constituent la plus grande minorité ethnique du pays; ils représentent près de deux pour cent de la population, estimée à 10 millions.

L’Eglise évangélique luthérienne de Hongrie manifeste son soutien à ce groupe minoritaire confronté à la dureté des temps. “Nous partageons l’amour du Christ avec les [Roms], ajoute Viktor, et nous leur faisons parvenir de la nourriture et des médicaments pour les aider à faire face aux épreuves.”

Préparer Rio+20

A son retour chez elle, Raimy Esperanza, 24 ans, de l’Eglise presbytérienne du Venezuela, prévoit d’engager activement les jeunes de son pays à parler plus souvent des préoccupations environnementales dans la perspective du Sommet Rio+20 qui se tiendra au Brésil en juin 2012.

Une autre participante au projet “Les jeunes pour l’éco-justice”, Claire Barrett-Lennard, venue de l’Eglise anglicane d’Australie, a l’intention de sensibiliser les écoles à la nécessité de travailler en faveur de la justice de l’eau aux Philippines.

En 2008, l’Eglise luthérienne de Corée a adopté un plan stratégique visant à accroître la participation des femmes et des jeunes à de multiples niveaux de l’Eglise. “Nous voulons réconcilier les êtres humains et la nature pour transformer l’Eglise et la société”, déclare Eun-Hae Kwon, vice-présidente de la FLM pour la région de l’Asie et membre du Bureau exécutif de la FLM, qui participe elle aussi au projet “Les jeunes pour l’éco-justice”.

Espoir pour les dalits

Jeyathilaka Prathaban, de l’Eglise de l’Inde du Sud, dit que son Eglise continuera à s’appuyer sur l’éco-théologie pour donner de l’espoir à la communauté dalit en Inde.

“Le système des castes empêche les dalits de se déplacer librement, d’aller chercher de l’eau ou d’élever du bétail”, ajoute-t-il, en déplorant les abus dont sont victimes les dalits qui se voient refuser la terre dont ils ont besoin pour produire leur propre nourriture.

Jeyathilaka a l’intention de former à son retour un groupe de jeunes qui prendra le nom de “Forum éco-dalit”: “Nous exigerons des castes supérieures la restitution des terres et nous revendiquerons les droits à l’eau.” Le groupe mettra aussi en place des centres villageois d’information technique où on étudiera les moyens d’améliorer les pratiques agricoles et de contribuer à sauver l’environnement de la dégradation.

Selon le pasteur Roger Schmidt , responsable du Programme des jeunes de la FLM, de telles initiatives au niveau de la base sont essentielles pour lutter contre l’injustice écologique et l’injustice en général dont les gens sont victimes quotidiennement.

“Les résultats de la COP17 à Durban sont décevants, et largement inférieurs à ce dont la planète et l’humanité ont besoin, commente-t-il. Mais les jeunes qui participent au projet ‘Les jeunes pour l’éco-justice’, de même que leurs Eglises, donnent une lueur d’espoir.”

Avec de tels projets, les Eglises contribuent à édifier un consensus mondial sur l’obligation éthique de prendre des mesures concrètes face aux défis écologiques, conclut-il.

Les activités du COE dans le domaine de l’éco-justice sont mises en œuvre par les soins du Réseau œcuménique de l’eau, du projet Justice climatique et du projet Pauvreté, richesse et écologie.

(*) George Arende est chef du Département des communications de l’Eglise évangélique luthérienne kényane.

Les résultats de Durban ne sont pas suffisants, dit le COE (communiqué de presse du COE du 13 décembre 2011)

Pour en savoir plus sur les efforts des jeunes de la FLM en faveur de l’éco-justice

Le COE et le programme sur l’éco-justice

Des photos haute résolution de la session du projet “Les jeunes en faveur de l’éco-justice” à Durban sont disponibles sur le site photos.oikoumene.org