Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Nouvelles et événements / Les Eglises brésiliennes confirment leur engagement dans la défense de l'eau en tant que droit de la personne et bien public

Les Eglises brésiliennes confirment leur engagement dans la défense de l'eau en tant que droit de la personne et bien public

Les Eglises brésiliennes confirment leur engagement dans la défense de l'eau en tant que droit de la personne et bien public

Près de Santarém, Pará, Brazil. Photo: Matt Hintsa

01 janvier 2001

CNBB, le 26 janvier 2009

Le lundi 26 janvier, environ 50 personnes ont participé au Forum oecuménique de l'eau, soutenu par le Conseil national des Eglises chrétiennes du Brésil (CONIC) et la Conférence nationale des évêques (catholiques romains) du Brésil (CNBB) à l'Université d'Amazonie (UNAMA).

Parmi les participants au Forum se trouvaient un parlementaire suisse, un sénateur bolivien, ainsi que le secrétaire général de la Conférence des évêques suisses.

Les discussions ont porté sur les inquiétudes soulevées par le risque imminent que l'eau soit privatisée et que des millions de gens soient privés d'un accès à cette ressource vitale.

"L'Etat de Pará dispose de la plus grande quantité d'eau douce sur la planète. Cependant, les populations vivant sur les îles n'ont pas d'eau potable et doivent aller la chercher sur le continent", a déclaré l'archevêque de Belém, Orani João Tempesta, qui représentait la CNBB lors de la réunion.

"Les autorités ne s'intéressent pas à cette question, parce que les populations insulaires ne représentent pas beaucoup de voix", a-t-il souligné.

Le secrétaire général de la Conférence des évêques suisses, l'abbé Felix Gmür, a, de son côté, établi un lien entre l'eau et la religion chrétienne.

"Il faut que chaque chrétien se pose la question suivante: 'pourquoi suis-je chrétien? Parce que je veux vivre. L'eau est un élément qui nous maintient en vie'", a-t-il expliqué, soulignant la nécessité que chaque personne s'investisse dans la défense de l'eau en tant que droit pour tous.

"Emmanuel Kant nous a enseigné que là où il y a un droit, il y a aussi un devoir. Qui doit permettre ce droit à l'eau si ce n'est l'autorité publique?", a ajouté l'abbé Gmür.

L'abbé Gmür a condamné les entreprises qui tentent d'exploiter l'eau à des fins commerciales.

"Nestlé a un pouvoir énorme sur l'eau. Les multinationales cherchent à rassurer l'opinion publique en affirmant que comme l'Etat ne dispose pas de mécanismes juridiques pour garantir ce droit à l'eau, elles assument cette obligation. La Conférence des évêques suisses dit non. Ce bien appartient à tout le monde", a-t-il déclaré.

CNBB

Le représentant de la CNBB, le père Nelito Nonato Dornelas, a réaffirmé l'engagement de la Conférence des évêques du Brésil envers l'écologie et la question de l'eau.

"Il y a exactement 30 ans, la CNBB a montré sa préoccupation pour l'écologie en lançant en 1979 une campagne de fraternité sur le thème 'Préserver ce qui appartient à tous'," a rappelé le père Dornelas. La CNBB avait également lancé des campagnes de fraternité sur l'eau (2004) et l'Amazonie (2007), qui avaient une vocation écologique.

"L'Eglise au Brésil est consciente de sa responsabilité de protéger l'eau en tant que bien public et droit de la personne, c'est pourquoi le Conseil permanent de la CNBB a créé une commission de six évêques pour surveiller cette question", a-t-il indiqué. En avril, la commission publiera un livre visant à sensibiliser les paroisses.

"L'Eglise doit relayer la lutte en faveur de l'eau et faire en sorte que les gouvernements encouragent l'adoption d'une résolution soutenant le travail du rapporteur indépendant de l'ONU sur l'eau", a déclaré la représentante du Réseau oecuménique de l'eau, Åsa Elfström.

Rafael Magallanes, membre du mouvement oecuménique de Belém, a déclaré qu'en Amazonie, c'est l'eau qui est à la source des conflits.

"En Amazonie, le conflit ne porte pas sur la disponibilité de l'eau. Nous avons beaucoup d'eau, qui est consommée par la population, alimente l'écosystème et la biodiversité, permet aux industries de fonctionner et fournit de l'énergie. Cela génère des conflits sociaux. En Amazonie, les conflits découlent de l'eau", a-t-il déclaré. Il a affirmé croire que l'eau ne devrait pas être une source de division entre les gens, mais devrait les rapprocher.

L'eau - un bien public

Franklin Frederick, représentant de la CNBB et du CONIC pour le projet sur l'eau, voit une contradiction dans la législation brésilienne relative à l'eau.

"L'Agence nationale des eaux (ANA) a pour fonction de réguler les intérêts privés. Comment cela s'explique-t-il si l'eau est un bien public? C'est une contradiction", a-t-il déclaré.

Franklin Frederick a expliqué que ces préoccupations avaient conduit à la signature, en 2005, de la "Déclaration oecuménique sur l'eau comme droit de l'homme et bien public" par la CNBB et le CONIC, ainsi que la Fédération des Eglises protestantes de Suisse et la Conférence des évêques suisses.

Le parlementaire suisse Luc Recordon a rappelé que Nestlé est une entreprise qui a été fondée en Suisse en 1866.

Il a regretté que Nestlé soit l'une des entreprises qui achète des terres à São Lourenço, dans l'Etat de Minas Gerais, afin de prendre le contrôle de l'eau. "J'ai honte de dire que Nestlé est venu au Brésil pour avoir la mainmise sur l'eau et la commercialiser", a-t-il déclaré.

Selon Luc Recordon, il est nécessaire de s'attaquer à la question de la privatisation de l'eau. "Une eau publique et accessible doit être une priorité des gouvernements", a-t-il affirmé.

Le sénateur bolivien Abraham Cuellar Araujo a parlé du Ministère de l'eau créé par le président Evo Morales après l'expulsion des sociétés qui souhaitaient privatiser l'eau.

"Le Ministère travaille de concert avec les mouvements sociaux pour mettre en oeuvre des politiques publiques pour le bénéfice de tous", a expliqué le sénateur. "Je soutiens l'action du mouvement oecuménique pour que l'eau soit un bien public et un droit de la personne", a-t-il affirmé.

Publié le 26 janvier 2009 par la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB)

Informations complémentaires:

Déclaration finale: la charte de Belém (en anglais)

Déclaration oecuménique sur l'eau comme droit de l'homme et bien public

Conférence nationale des évêques du Brésil (en portugais)

Conseil national des Eglises chrétiennes du Brésil (en portugais)