Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Nouvelles et événements / Nouvelles du COE / À Jérusalem, le pasteur Tveit souligne le déséquilibre des ressources en eau au détriment des Palestiniens

À Jérusalem, le pasteur Tveit souligne le déséquilibre des ressources en eau au détriment des Palestiniens

10 février 2016

À Jérusalem, lors du lancement de la campagne des «Sept semaines pour l’eau», le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises COE, a rappelé que la population palestinienne affronte une crise de l’eau.

Le Réseau œcuménique de l’eau ROE du Conseil œcuménique des Églises invite les Églises membres et les personnes sympathisantes à une réflexion sur l’eau pendant le carême, qui a commencé le 10 février, mercredi des Cendres.

Le pasteur Tveit, qui effectuait une visite en Terre sainte, a déclaré: «Aujourd’hui, nous avons entendu les voix de la Palestine parler de la crise de l’eau; les communautés les plus vulnérables ne disposent pas de plus de 20 litres d’eau par jour et par personne.»

S’exprimant en l’église luthérienne du Rédempteur, à Jérusalem, le pasteur Tveit a souligné que 20 litres représentent tout juste un cinquième du minimum requis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui recommande 100 litres quotidiens par personne.

Une Jérusalem nouvelle

Le pasteur Tveit a cité l’évêque Munib Younan, président de la Fédération luthérienne mondiale, qui a apporté sa contribution aux réflexions de cette année sur «Sept semaines pour l’eau»: «La crise de l’eau que vit ma communauté donne aujourd’hui un sens particulier pour nous à cette lecture du livre de l’Apocalypse. La cité que décrit l’auteur est une "Nouvelle Jérusalem", où l’eau jaillit librement et où règnent la guérison, la paix et la justice pour tous. Mais, ici, dans mon bureau à l’église de Jérusalem, je sais très bien qu’aucun fleuve d’eau vive ne traverse la ville. À Jérusalem et en Terre Sainte, nous avons encore soif de guérison. Nous avons encore soif de paix.»

Le pasteur Tveit a rappelé que le groupe EWASH, qui lutte pour l’accès à l’eau en Palestine, a constaté que Ramallah, capitale des Territoires palestiniens, reçoit en moyenne plus de précipitations que Londres. «Pourtant, à Londres, la consommation moyenne d’eau par personne est de 150 litres par jour, alors qu’elle n’est que de 70 litres par personne en Palestine. D’autre part, en Israël, la consommation journalière d’eau est de 300 litres par personne.»

Il souligne que 80% de l’eau provenant de la nappe phréatique des montagnes de Palestine sont pompés pour alimenter Israël, ce qui ne laisse que 20% des ressources à la population palestinienne. «Certaines communautés de Cisjordanie doivent consacrer près des deux tiers de leurs revenus à acheter de l’eau en bouteille, seule option qui leur est laissée. Cela est inacceptable!»

Parmi l’assistance de ce service de lancement de la campagne  se trouvaient l’évêque Younan et l’archevêque Antje Jackelén, de l’Église de Suède, ainsi que des responsables du COE, du Conseil des Églises du Moyen-Orient et d’Églises locales.

Les documents et réflexions bibliques et théologiques pour ces sept semaines sont inspirés par la crise de l’eau du Moyen-Orient et portent aussi sur les questions de justice et de paix. Les personnes désireuses de suivre ces manifestations dans les médias sociaux peuvent se connecter à Facebook.

Depuis 2008, le ROE propose des réflexions théologiques et de la documentation en rapport avec l’eau pendant les sept semaines du carême et pour la Journée mondiale de l’eau, le 22 mars.

Sept semaines pour l’eau: www.oikoumene.org/7-semaines-pour-leau

«Nous avons encore soif d’eau vive!» (réflexion pour la première des sept Semaines pour l’eau)

Sept Semaines pour l’eau – campagne 2016 – en Terre sainte (Communiqué de presse du COE, 5 février)

Un pasteur palestinien et un journaliste israélien trouver le chemin qui permet d’avancer – communiqué de presse en anglais du COE, 4 février)