Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Nouvelles et événements / Nouvelles du COE / L’eau corrosive de Flint lance le débat sur les inégalités d’accès aux ressources aux États-Unis

L’eau corrosive de Flint lance le débat sur les inégalités d’accès aux ressources aux États-Unis

L’eau corrosive de Flint lance le débat sur les inégalités d’accès aux ressources aux États-Unis

La pasteure Susan Henry-Crowe. Cette photo a prise à Beit Jala, près de Bethléem. © COE/Peter Kenny

03 mars 2016

Les États-Unis sont la plus grande économie de la planète.

La pasteure Susan Henry-Crowe s’inquiète néanmoins du fait que cela ne soit pas toujours synonyme de partage équitable des ressources au sein de la population de son pays.

«Aux États-Unis, la question de l’eau est de plus en plus problématique. Pour l’instant, il est difficile d’entrevoir une solution à ce problème. Il y a deux ans, la Virginie-Occidentale a connu une situation semblable et il a fallu des semaines, voire des mois, pour en venir à bout», explique-t-elle.

La pasteure Henry-Crowe est secrétaire générale du Conseil général d’Église et société de l’Église méthodiste unie, basé à Washington. Dans le cadre de son mandat, elle traite de l’utilisation équitable et juste des ressources mises à disposition par Dieu sur la Terre.

Depuis Beit Jala, près de Bethléem en Terre Sainte, elle observe que la possession de l’eau et l’accès à cette ressource ont commencé à devenir un problème aux États-Unis.

Flint se trouve sur la rivière qui porte son nom, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Détroit. Dans cette ville, les questions de pauvreté et de race agitent le débat relatif à l’utilisation de l’eau.

«Lorsque Flint (Michigan) a cessé d’acheter son eau par l’intermédiaire de Détroit pour la puiser localement dans la rivière Flint, les habitants de la ville se sont aperçu que la qualité de l’eau se détériorait», écrit Jayde Lovell dans Scientific American le 2 mars.

En avril 2014, Flint a cessé de s’approvisionner en eau dans le lac Huron, via Détroit, pour puiser dans la rivière Flint.

Le problème a été aggravé par le fait qu’aucune mesure de lutte contre la corrosion n’a été adoptée. Deux études indépendantes ont conclu à un empoisonnement au plomb dû à l’eau au sein de la population de la région.

«Les chercheurs ont estimé que 4% des enfants de Flint âgés de moins de cinq ans présentent des taux élevés de plomb dans le sang, soit un pourcentage deux fois supérieur aux chiffres constatés avant le passage à l’eau de la rivière Flint», écrit Mme Lovell.

Les 100 000 habitants de Flint, en grande partie défavorisés et appartenant à des minorités, ne peuvent pas boire l’eau du robinet. Cela constitue, selon Paul Mohai, qui étudie les questions de justice environnementale à l’Université du Michigan, «l’une des plus grandes catastrophes en matière de justice environnementale».

Le débat autour du cas de Flint et de l’utilisation juste de l’eau est loin d’être terminé.

Dans une publication sur son site web portant sur l’histoire des Noirs et le Carême, la pasteure Henry-Crowe écrit: «Dieu nous propose une nouvelle vie et le Carême est le cadeau que nous fait l’Église d’un temps de prière et de réflexion à ce sujet.»

«Quels recoins de notre cœur faut-il nettoyer et faire renaître? Quelle nouvelle vie nous invite à devenir témoins de la justice économique et raciale dans nos  propres paroisses et communautés?», demande-t-elle.

Sept semaines pour l’eau: www.oikoumene.org/7-semaines-pour-leau

La Pèlerinage de justice et de paix: www.oikoumene.org/pelerinage