Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Nouvelles et événements / Nouvelles du COE / L’eau est un don, et un droit pour tout le monde, dit la présidente du Comité central du COE

L’eau est un don, et un droit pour tout le monde, dit la présidente du Comité central du COE

L’eau est un don, et un droit pour tout le monde, dit la présidente du Comité central du COE

Agnes Abuom. © Peter Kenny/COE

14 mars 2016

«On dit souvent que l’eau, c’est la vie. Mais c’est aussi un don, et un droit qui doit être mis à la disposition de toutes et tous», dit Agnes Abuom.

L’Afrique est l’un des plus grands continents du monde et, selon des rapports des Nations Unies et d’autres groupes indépendants, on y constate aussi d’énormes disparités entre riches et pauvres pour ce qui est de l’accès à l’eau.

«Quand on considère l’Afrique aujourd’hui – au nord, au sud, à l’est et à l’ouest –, l’eau est devenue un don et un droit, a déclaré Agnes Abuom, Présidente du Comité central du Conseil œcuménique des Églises (COE) lors d’une intervention à Beit Jala (Palestine).

En Afrique, il y a des lieux où certains enfants n’ont pas vu d’eau pendant toute une année.»

Plus d’un quart de la population africaine – en particulier en Afrique subsaharienne – passe plus d’une demi-heure chaque jour à aller s’approvisionner en eau.

Cela tient au fait qu’environ 66% de l’Afrique est aride ou semi-aride, selon les Nations Unies.

Et, selon certaines ONG, là où on trouve de l’eau en Afrique, jusqu’à 60% des ressources du continent commencent à manquer.

D’après Mme Abuom, cela est «dû en partie à la désertification, au détournement de l’eau et aux abus qu’en font certaines entreprises et les riches.

En particulier, si vous prenez les populations pastorales, l’eau est une lutte quotidienne. Dans certaines parties de l’Afrique, les hommes, les femmes et les enfants se déplacent souvent de plusieurs centaines de kilomètres en quête de ce don.»

Et Mme Abuom, anglicane du Kenya, d’ajouter que, de ce fait, l’eau n’est plus simplement une question de vie mais une question de droits humains, d’un don qui doit être partagé entre toutes et tous.

Mais cela ne se limite pas à de vastes étendues sèches d’Afrique où les gens, surtout les plus pauvres et vulnérables, ont du mal à trouver suffisamment d’eau pour leurs besoins quotidiens.

Voilà pourquoi, conclut Mme Abuom, la justice de l’eau est un problème clef de ce continent, tout autant qu’en Palestine, évoquant la campagne de Carême du COE: «Sept semaines pour l’eau».

«L’Afrique est le continent qui s’urbanise le plus rapidement au monde, a déclaré Joan Clos, directeur exécutif d’ONU-Habitat, et, dans les villes, la demande d’eau et d’installations sanitaires dépasse largement l’offre.»

Pour Mme Abuom, «ici encore, on constate une énorme disparité entre les pauvres vivant dans des quartiers informels et les riches, et nous devrions œuvrer à la réduire.»

Le Pèlerinage de justice et de paix: www.oikoumene.org/pelerinage

Sept semaines pour l'eau: www.oikoumene.org/7-semaines-pour-leau