Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Nouvelles et événements / Nouvelles du COE / Le Forum social mondial, semeur d’espérance dans l’hémisphère Nord

Le Forum social mondial, semeur d’espérance dans l’hémisphère Nord

17 août 2016

Une délégation du Conseil œcuménique des Églises (COE) a assisté au douzième Forum social mondial (FSM), qui s’est conclu le 14 août, à Montréal, au Canada. Plus de 30 000 participantes et participants du monde entier se sont réunis pour débattre de questions mondiales au regard de leur expérience locale, créer des réseaux avec d’autres personnes confrontées à des problèmes analogues et lancer de nouvelles initiatives communes tournées vers l’avenir et le progrès. Le commerce, les changements climatiques, l’eau potable, les énergies propres, la justice environnementale, la réforme agraire et l’agro-écologie, les nouveaux médias, le financement social, l’élimination des industries extractives destructrices et la démilitarisation comptaient parmi les sujets nombreux et variés abordés dans plus de 1 200 ateliers.

Plusieurs ateliers ont été organisés par le mouvement Oikotree. Et Pain pour le monde, l’organisme d’aide au développement des Églises protestantes d’Allemagne, actif dans le monde entier, était l’un des partenaires du Forum cette année. L’Église unie du Canada a également organisé et soutenu plusieurs ateliers et séminaires.

Le Forum mondial théologie et libération, qui se déroulait en marge du Forum social mondial, était organisé par les organisations œcuméniques de Montréal.

Le 9 août, les participantes et participants ont discuté d’une stratégie de justice de l’eau pendant une session d’une journée financée par le Conseil des Canadiens, un groupe de justice sociale et environnementale de la base, et des syndicats de la fonction publique canadienne. Des ateliers consacrés à diverses questions liées à justice de l’eau – comme la fracturation hydraulique, les sables bitumineux et l’extraction minière, ou encore le droit à l’eau – se sont succédé pendant les trois journées suivantes.

L’oppression et les souffrances vécues par les chrétiens, entre autres, dans les territoires palestiniens occupés par Israël ont donné lieu à plusieurs ateliers parrainés par l’Église unie du Canada et l’Église presbytérienne (États-Unis). Les participants ont discuté du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions afin de mettre fin à l’occupation et aux pratiques répressives israéliennes.

Des manifestants de la Ligue de défense juive ont interrompu ces ateliers en dénonçant leur caractère antisémite. Dans une autre forme de protestation, le gouvernement canadien a retiré son soutien au FSM à la suite d’une caricature controversée accusée d’exprimer des sentiments antisémites.

Au cours d’un atelier sur la Palestine, les participants ont reconnu la contribution de la campagne «Sept semaines pour l’eau 2016» organisée par le COE pour le carême, qui a fait connaître les problèmes liés à l’eau des Palestiniens. Le Réseau œcuménique de l’eau, l’initiative du COE pour une justice de l’eau, a réaffirmé qu’il continuerait à plaider la cause des Palestiniens privés de leur droit fondamental à l’eau et à l’assainissement par les actions des Israéliens en Cisjordanie et à Gaza.

La tenue du FSM pour la première fois dans l’hémisphère Nord s’est traduite par une participation beaucoup plus réduite, due en partie au fait que le Canada a tardé à délivrer certains visas et en a refusé des milliers d’autres aux participants venus de l’hémisphère Sud, notamment à des membres du personnel du COE. Bien que les chiffres définitifs ne soient pas encore connus avec précision, l’équipe organisatrice du FSM a annoncé que plus de la moitié des délégués attendus, majoritairement originaires des pays du Sud, s’étaient vus refuser leur visa d’entrée au Canada. L’emplacement géographique a toutefois permis au forum d’attirer l’attention du monde entier sur le combat que mènent localement les communautés et les populations autochtones canadiennes concernées pour empêcher l’extraction et le transport du gaz de schiste et des sables bitumineux, facteurs des changements climatiques.

Athena Peralta et Dinesh Suna, deux responsables des programmes du COE relatifs à la justice économique et écologique, ont assisté au forum. Ils ont également rencontré les Églises membres et les organisations du COE au Canada.

Réseau œcuménique de l’eau

Forum social mondial