Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Nouvelles et événements / Nouvelles du COE / Tonga: Entourée d’eau – et pourtant, ce n’est pas si simple!

Tonga: Entourée d’eau – et pourtant, ce n’est pas si simple!

Tonga: Entourée d’eau – et pourtant, ce n’est pas si simple!

Mele’ana Puloka. © Peter Kenny/COE

21 mars 2016

À Tonga, on voit beaucoup d’eau – mais il n’y en a pas nécessairement beaucoup que l’on puisse utiliser.

Mele’ana Puloka, membre de l’Église wesleyenne libre des Tonga, est le membre du Collège présidentiel du Conseil œcuménique des Églises pour le Pacifique; elle vit sur ces îles qui comptent au total quelque 106 000 habitants.

L’espace est restreint dans ce Royaume des Tonga (748 km²) dans l’océan Pacifique.

Puloka, responsable de l’enseignement pour l’Église méthodiste à Tonga, a grandi dans ces îles, avec leurs plages immaculées, à une époque où la disponibilité de l’eau allait de soi.

«La plupart du temps, j’ai grandi dans des agglomérations. Nous étions habitués à l’eau courante et nous l’utilisions sans y penser.»

Ces îles polynésiennes se trouvent loin du reste du monde, à deux heures de vol de la Nouvelle-Zélande.

«Un jour, je suis rentrée chez moi, et j’ai constaté qu’il n’y avait plus d’eau», raconte Puloka à Bethléem, où l’eau est également un problème de justice.

Elle n’a pas pu prendre de douche et a dû se laver à l’économie avec des tasses d’eau.

«Cela m’a fait prendre conscience, ajoute-t-elle, qu’il nous fallait utiliser cette ressource parcimonieusement et avec soin».

La distribution d’eau peut dépendre de la richesse, et c’est la raison pour laquelle la justice de l’eau est un problème à Tonga comme en Palestine, explique Puloka, évoquant la campagne de carême du COE centrée sur l’eau.

Selon l’OMS, assurer un approvisionnement régulier en eau potable est particulièrement compliqué pour des petits états insulaires comme Tonga.

Pour l’OMS, «il n’existe qu’un nombre limité de sources possibles d’eau potable, indépendamment de l’extraction des aquifères, des conditions météorologiques changeantes et de l’élévation du niveau des mers». Cette région est également menacée par la possibilité de pénétration d’eau salée dans ses eaux douces.

Le Pèlerinage de justice et de paix: www.oikoumene.org/pelerinage

Sept semaines pour l'eau: www.oikoumene.org/7-semaines-pour-leau