Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Nouvelles et événements / La déclaration du Forum mondial de l'eau ne répond pas aux attentes internationales, estime le ROE

La déclaration du Forum mondial de l'eau ne répond pas aux attentes internationales, estime le ROE

La déclaration du Forum mondial de l'eau ne répond pas aux attentes internationales, estime le ROE

L'accès à l'eau est un droit de la personne. Photo: Paul Jeffrey/ACT International

01 janvier 2001

Des gouvernements, organisations de la société civile et agences chrétiennes ont exprimé leur déception concernant la déclaration ministérielle adoptée au Forum mondial de l'eau à Istanbul, car celle-ci ne confirme pas la reconnaissance de l'eau comme droit fondamental de la personne.

"Il est difficile de comprendre comment le Forum a pu engendrer un tel texte alors que la communauté internationale a atteint un consensus déjà bien plus avancé", a commenté Michael Windfuhr, directeur du département en charge des droits de la personne de Pain pour le monde, une agence de l'Eglise évangélique d'Allemagne.

Pendant le Forum, qui s'est clos lors de la Journée mondiale de l'eau, le 22 mars, des représentants de gouvernements et de la société civile ont exigé à plusieurs reprises que la déclaration ministérielle reconnaisse le droit à l'eau. Pourtant, la déclaration qui a été adoptée à l'issue de la conférence n'évoque l'eau qu'en tant que besoin fondamental de l'être humain.

"De nombreux Etats membres des Nations Unies ont déjà reconnu l'existence du droit à l'eau dans des déclarations, des conférences et dans leur législation nationale", a souligné Michael Windfuhr, qui est également président du Réseau oecuménique de l'eau (ROE). Ce n'est que l'année dernière que le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a adopté à l'unanimité une résolution reconnaissant l'existence d'"obligations pertinentes en rapport avec les droits de l'homme concernant l'accès à l'eau potable et à l'assainissement".

"La pertinence de la déclaration est par ailleurs discutable, car le processus qui a conduit à la déclaration ministérielle du Forum mondial de l'eau n'a pas été aussi transparent qu'il l'aurait été dans le cadre des Nations Unies", a ajouté Michael Windfuhr. "Les discussions et les décisions sur l'avenir d'une gestion responsable de l'eau devraient donc avoir lieu dans le cadre des Nations Unies, afin de garantir une plus grande transparence et un accès au processus égal pour tous les gouvernements et les autres parties prenantes."

Plusieurs gouvernements ont exprimé leur désaccord avec la déclaration ministérielle. "Nous reconnaissons que l'accès à l'eau et à l'assainissement est un droit de la personne et nous nous engageons à prendre toutes les mesures nécessaires pour une mise en oeuvre progressive de ce droit", peut-on lire dans une déclaration complémentaire qui, selon le Réseau d'information des droits de l'enfant (CRIN), a été adoptée par la Bolivie, le Chili, Cuba, l'Equateur, l'Espagne, le Guatemala et l'Uruguay, avec également l'appui de l'Afrique du Sud, du Bangladesh, du Bénin, de l'Ethiopie, du Honduras, du Maroc, de la Namibie, du Niger, du Panamá, de Sri Lanka, de la Suisse, du Tchad, et du Venezuela.

Le Réseau oecuménique de l'eau a été créé par des Eglises et des organisations chrétiennes afin de sensibiliser les chrétiens de la planète à la crise mondiale de l'eau, à la distribution injuste de cette ressource et aux besoins des communautés affectées. La campagne Sept semaines pour l'eau, qui propose des méditations hebdomadaires pendant la période précédant Pâques, est un exemple des actions menées par le ROE.

Sept semaines pour l'eau - Méditations de carême sur l'eau et la justice

Plus d'informations sur les activités du ROE au Forum mondial de l'eau(en anglais)