Ecumenical Water Network

Le ROE est un réseau mondial d'Églises et d'organisations chrétiennes visant à promouvoir l'accès pour tous à l'eau

Vous êtes ici : Accueil / Nos activités / Sept semaines pour l'eau / 2016 / Commentaire rabbinique sur le partage de l’eau entre Israël et la Palestine

Commentaire rabbinique sur le partage de l’eau entre Israël et la Palestine

Une réflexion écrite par le rabbin Awraham Soetendorp pour la dernière des Sept semaines pour l'eau 2016.
Commentaire rabbinique sur le partage de l’eau entre Israël et la Palestine

Une fontaine pour l'ablution des mains devant la synagogue Ramban à Jérusalem. Photo: Deror Avi.

7e semaine

N.B.: Les opinions exprimées dans les Réflexions bibliques ne reflètent pas nécessairement la politique du ROE et du COE.

Rabbin Awraham Soetendorp

Traduction en arabe (pdf)

L’eau et le feu sont des forces vitales indispensables. Ils sont, à ce titre, des dons de Dieu aux êtres humains. Pour autant, ils peuvent aussi devenir des forces destructrices s’ils ne se sont pas manipulés avec précaution.

Dans les récits bibliques, puis dans les commentaires rabbiniques, il nous est enseigné d’agir de façon responsable en ce qui concerne la préservation et la distribution d’eau claire. À cet égard, l’assainissement est également une responsabilité humaine primaire. Dans un des commentaires, l’être humain est prévenu qu’il ne doit pas porter atteinte aux ressources naturelles telles que les arbres, parce qu’il est possible qu’aucune génération ne puisse y remédier. Responsabilité des générations…

À ce tournant de son existence, le monde présente deux visages contradictoires: d’une part, l’horreur des réfugiés qui fuient désespérément des conflits d’une violence insoutenable, avec l’incapacité souvent honteuse des États et de leurs citoyens d’offrir une hospitalité adaptée; et, d’autre part, la volonté sans précédent de prendre des mesures pour protéger la terre.

Le judaïsme se félicite de la coopération porteuse d’espoir à laquelle l’humanité est parvenue, depuis quelques dizaines d’années, pour préserver un environnement sain et mettre fin à l’extrême pauvreté. L’adoption à l’unanimité, par les Nations Unies, des objectifs mondiaux de développement durable et l’accord trouvé à Paris concernant des mesures pour assurer un avenir sain à toute la communauté de vie sont autant de signes bénis d’espoir.

Dans toutes ces mesures, il est primordial de veiller à l’égalité d’accès à l’eau claire et au partage des ressources en eau. Je souscris pleinement aux déclarations d’EcoPeace et à ce qu’elles recommandent. Je suis intimement convaincu que le conflit israélo-palestinien est un conflit entre le bien et le bien et qu’il trouvera de ce fait une issue pacifique et sûre. Le fait de coopérer pour permettre l’accès à l’eau claire fait progresser ce processus existentiel. La réhabilitation du Jourdain est un point essentiel à cet égard.

Il y a aussi un autre phénomène positif qui contribue à une coexistence pacifique. Les différentes traditions spirituelles se sont véritablement rapprochées les unes des autres, conscientes que nous avons désespérément besoin les uns des autres pour réaliser notre destinée commune de paix et de justice. J’appelle cette réunion une révolution tranquille et bienveillante. La rencontre notamment de représentants du judaïsme, du christianisme et de l’islam, il y a quelques années sur les rives du Jourdain, a été l’une des expériences les plus émouvantes de ma vie.

Ensemble, donnons-nous la main dans cette tâche sacrée que constituent la protection de la force vitale de l’eau et le partage des ressources.

Et puisse l’eau nous unir dans la paix.

 

À lire également: Recommandations sur les mesures faciles à mettre en place pour l’eau et la paix au Moyen-Orient, par EcoPeace Middle East (pdf)


* Le rabbin Awraham Soetendorp est un défenseur primé des droits humains, mais il est aussi maître de conférence, écrivain, militant écologiste et représentant de la société civile à travers le monde. Il est membre de diverses organisations et initiatives progressistes, humanitaires et interreligieuses. Parmi ses nombreux titres et activités, citons les suivants: il a fondé le Jacob Soetendorp Institute for Human Values, il est président de Green Cross Netherlands, ambassadeur des Objectifs du millénaire pour le développement, et il a reçu la médaille d’or pour «la paix par le dialogue» décernée par le Conseil international des chrétiens et des juifs. Il est également le cofondateur de GIWA (Global Interfaith WASH Alliance) dont le Réseau œcuménique de l’eau est un partenaire stratégique.